Pugey

Eglise Saint-André

« Des cloches et des cordes »

Le Village 

La très jolie petite commune de Pugey, est située dans le département du Doubs, non loin de sa capitale qu’est Besançon. Peuplé par pas moins de 770 habitants, ce charmant petit bourg a su garder son charme d’antan, grâce notamment à ses veilles maisons avec leurs pierres apparentes, et sa fameuse petite église. 

Son Histoire 

Le bourg de Pugey a radicalement changé d’apparence au cours des trente dernières années et la population communale outre le fait quelle s’est accrue considérablement, ne présente plus le même profil socio professionnel que précédemment, les citadins travaillant à la ville étant venus se mêler aux familles installées ici depuis des générations.  Les photographies d’époque nous montrent un bourg bien moins étendu qu’aujourd’hui dont les fermes et habitations étaient regroupées entre l’église et la route de Levier (1). Il n’y avait nulle part de trottoirs, les troupeaux de vaches faisaient leurs allers-retours entre étables et prés et le fumier s’amoncelait devant les fermes. Pas de tracteurs, mais des chariots tirés par des chevaux. L’électricité, l’eau courante et le téléphone faisaient défaut. Le lavoir, alors couvert, était comme partout un lieu de rencontre privilégié entre les femmes du village. Toutefois un événement majeur avait été fêté l’année précédente : la ligne du Tacot reliant Besançon à Amathay-Vésigneux venait d’être mise en service le 1er septembre 1910, offrant une ouverture inespérée sur la ville et les villages des plateaux à une population quasi dépourvue de moyens de transport.

Son Eglise

Succédant, sur la partie haute du village, à un premier édifice du xviie siècle très endommagé par le passage des Suédois vers 1638, l’église Saint André est construite entre 1777 et 1783 à l’exception du clocher érigé en 1841 et doté de son dôme à l’impériale.  L’édifice a fait l’objet d’une restauration en 1971 ; il est entouré de ses cimetières ancien et nouveau, ce dernier disposant d’un columbarium et d’un jardin du souvenir. À l’intérieur plusieurs objets religieux sont classés aux monuments historiques; il s’agit de deux peintures sur bois du xvie siècle qui faisaient partie d’un triptyque : St Antoine et l’Ange de l’Annonciation, d’une statue en marbre de vierge à l’enfant du XVI è et d’un Christ aux liens en bois du XVII e. L’orgue, anciennement installé dans le cœur de la cathédrale Saint-Jean de Besançon a été acquis par l’abbé Putot en 1982 et mis à disposition du lieu de culte. Une statue de la Vierge, qui était initialement implantée au carrefour de la Croix a été ensuite transférée vers son emplacement actuel sur l’escarpement ouest de la Cluse. Une croix de mission a été érigée en 1950 en haut de la rue des Planches. Une statue de Vierge à l’enfant et un oratoire (Vierge de Lourdes) peuvent être vus dans le parc privé de l’ex clinique d’Arguel.

L’accès Aux Cloches

Pour aller aux cloches, l’accès est assez compliqué, juste à coté des deux cordes pendantes, une porte sera à ouvrir, puis, il nous faudra d’entrer franchir des escaliers en bois assez dégradés, il y a au total (il me semble) trois paliers à franchir.

Les Cloches

Les cloches de l’église sont au nombre de 2, la plus petite est l’oeuvre d’un fondeur bien connu de notre région malgré son éloignement, puisqu’il s’agit d’une cloche Farnier (G), celle-ci fut fondue en 1 924. La grosse Bournez, des fondeurs de Morteau, fut coulée avec un profil un peu plus lourd que leur normal, puisqu’en moyenne, une cloche de cette note, soit, un Mibémol3, pèse 950 / 1 000 kg, voir pour les plus légères… 760 kg! (Pour les cloches Bournez) Ici, elle pèse pas moins de 1 330 kg, je soupçonne tout de même une micro-fêlure sur cette dernière, je trouve qu’elle s’essouffle plus vite que la normal, alors qu’avec un profil de ce genre, elle devrait au contraire, avoir une plus longue résonance, mais je trouve le son de cette dernière, tout de même assez joli et puissant. Quoi qu’il en soit, je ne peux qu’être satisfait de cette découverte, car outre les cloches, il s’agit là, d’une des rares sonneries, avec au minimum 2 cloches, encore à la corde dans le Doubs!

  

Présentation Des Cloches

Cloche 1

Nom: « Honorine-Annette-Pulcherte », Diamètre 128,2 cm, Poids 1 335 kg, Fondue par P.A. & G.C. Bournez, à Morteau, En 1 841, Chante le Mib3

 

  

Cloche 2

Nom: « Marie-Jeanne-Jules-Bernadette », Diamètre 82,1 cm, Poids 313 kg, Fondue par G. Farnier, à Robécourt, En 1 924, Chante le Sib3

 

  

La Vidéo

Les Remerciements

Je tiens à remercier toute la municipalité de la commune de Pugey, pour cet accord pour l’accession au clocher, et de filmer les cloches pour cette vidéo, je remercie en particulier M. Le maire qui m’a fait une rapide visite de son édifice en guise d’avant goût!

Je remercie très chaleureusement, M. Bassand, qui m’a ouvert le clocher, ainsi que d’être resté avec moi pour les prises d’infos, et enfin, pour la volée de la petite cloche.

Certain textes proviennent du site de la commune, ainsi que de Wikipédia.

Soutenu par le village de Pugey 

Publicités