Masevaux-Niederbruck

Eglise Saint-Martin

« Prenez le temps d’admirer ce chef-d’oeuvre »

Afficher l'image d'origineMasevaux-Niederbruck est une localité dénombrant 3861 habitants, et située dans la vallée la plus méridionale des Vosges. Elle est nichée dans un écrin végétal traversé par un cours d’eau et propose un environnement naturel vallonné et boisé s’étirant le long du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges. Les courbures naturelles des lignes vosgiennes soulignées de pentes douces et sommets tout en rondeurs invitent à la promenade et à la rêverie. Nombre de lacs de montagne, de torrents tortueux, et de rivières nerveuses filent à travers la campagne proche, arrêtant les regards qui se perdent sur ces surfaces limpides. Ils dévoilent une mosaïque aquatique et frémissante à peine troublée par les pêcheurs et passionnés par ces lieux.L’histoire de la ville de Masevaux se confond avec celle de l’abbaye et de la seigneurie du même non. À en croire la tradition et la légende, l’origine de Masevaux remonte au VIIe/VIIIe siècle, époque où les rois mérovingiens jettent les premières bases de la féodalité et distribuent des terres en apanage à leurs fidèles serviteurs. C’est ainsi que le prince Adalric ou Etichon, une puissante famille ducale, père de Sainte-Odile, reçoit en fief une grande partie de l’Alsace. A sa mort l’héritage passe à l’un de ses petits fils, le comte Mason qui vient s’établir à l’entrée de la vallée de la Doller. Mason serait donc le neveu de Sainte-Odile, patronne de l’Alsace. Son château et ses dépendances se trouvent au pied du Ringelstein et se prolongent jusqu’aux rives de la Doller. Aujourd’hui encore existe au sommet de l’énorme rocher du Ringelstein, un puits taillé dans le roc.La première pierre de l’église a été posée le 13 juillet 1787 (auparavant on avait démoli la vieille église Saint-Martin hors les murs, située sur le cimetière du haut) Prévôts et magistrats voulaient aller vite et se passer d’architecte. C’est sous la conduite du bourgmestre et entrepreneur, Bettwiller que les travaux débutent. La nef était déjà terminée ainsi que le premier étage de la tour, quand apparaissent de larges lézardes dans les murs, érigés sur des fondations défectueuses. Le bourgmestre met fin à ses jours, nous sommes en 1789, la Révolution éclate, les moyens financiers manquent. Le bâtiment est abandonné. Il faut attendre 1839 pour que les travaux reprennent sous la conduite de l’architecte Kuen. Le 18 octobre 1842, l’église est consacrée par Mgr Raes, évêque de Strasbourg.. Une nouvelle catastrophe survient le 27 juin 1966 avec l’incendie qui détruit de fond en comble le sanctuaire et son célèbre orgue Callinet. Seule une piéta du XV° siècle est miraculeusement sauvée. Près de l’entrée de la sacristie, la grande cloche de 2 tonnes qui comme ses consœurs est tombée du clocher est aujourd’hui le témoin muet de ce sinistre.Cette belle église abrite 5 cloches de toutes beauté:Cloche 1: « Le Christ », Diamètre 193,2 cm, Poids 4 896 kg, Fondue Schilling (F. W.), en 1 969, à Heidelberg, Chante le Lab2 (± 0)

 

Cloche 2: « Sainte-Vierge, Diamètre 152,0 cm, Poids 2 371 kg, Fondue Schilling (F. W.), en 1 969, à Heidelberg, Chante le Do3 (- 2)

 

Cloche 3: « Saint-Martin », Diamètre 125,0 cm, Poids 1 335 kg, Fondue Schilling (F. W.), en 1 969, à Heidelberg, Chante le Mib3 (± 0)

 

Cloche 4: « Jeanne-Odile », Diamètre 110,8 cm, Poids 800 kg, Fondue par Farnier (F), en 1 899, à Robécourt, Chante le Fa3 (- 2) (Cette cloche provient d’Algérie)

 

Cloche 5: « Saints Anges Gardiens », Diamètre 97,0 cm, Poids 618 kg, Fondue Schilling (F. W.), en 1 969, à Heidelberg, Chante le Lab3 (± 0)

 

Cloche déposée de 1 678, Georgius Rottiatmefu (?)

 

Autres photos:

  

  

  

 

la vidéo sur la sonnerie de ses 5 majestueuses cloches:

Je remercie très chaleureusement M. Vassant, sacristain de l’église de Masevaux, pour l’accueil que j’ai eu à deux reprises, je le remercie de m’avoir consacré du temps libre pour ma demande, je le remercie aussi pour sa grande gentillesse.

Je remercie le l’Abbé F. Flota, curé de la paroisse, pour son aimable autorisation que de monter dans son clocher, au sain de ses cloches.

Je remercie également M. Ducottet, adjoint à la mairie de Masevaux, pour l’accueil, je le remercie particulièrement pour l’autorisation de monter au clocher.

Je remercie encore la mairie de Masevaux, M. Le maire également, pour cet accord merveilleux.

Enfin je remercie gracieusement , mon ami Pascal, alias « Campalsa » sur Youtube, qui m’a fait découvrir cette sonnerie absolument dantesque il y a quelques mois! Je le remercie pour l’accompagnement au sain du clocher, et pour cette belle journée! Merci!

Soutenu par la ville de Masevaux-Niederbruck: http://masevaux.fr/

Publicités