Les Clées

…L’Eglise...

« Un duo plus que charmant »

…Le Village…

Blason de Les CléesLa commune des Clées, composée de deux villages, se situe dans le district du Jura-Nord Vaudois. Les Clées estdans un écrin de verdure au fond d’un profond entonnoir, dans les gorges de l’Orbe et La Russille, dont le relief est beaucoup moins marqué, sur les hauteurs, à deux pas de la N9. La superficie de la commune est de 702 hectares, dont les deux tiers environ sont recouverts de forêt.

…Son Histoire…

L’étymologie même des Clées est le bas-latin cleta, qui signifiait une claie, et que l’on retrouve dans le mot patois clédard ou porte de pâturage. La ville des Clées constituait bien une porte dans le Pays de Vaud. Situé au fond d’un profond ravin et entouré d’épaisses forêts restreignant à peu de chose l’étendue des terres cultivables, le bourg des Clées serait resté un hameau sans l’ » industrie  » des voyageurs et des marchandises en transit. Ce fut d’abord un fief bourguignon inféodé aux comtes de Genevois puis il passa à la Savoie, mais – et voilà qui montre l’importance qu’avait ce passage pour l’Europe – il ne fallut pas moins d’une concession impériale signée en 1297 par l’empereur d’Allemagne Adolphe de Nassau, pour valider cette attribution à Louis de Savoie, le baron de Vaud qui venait de fonder Morges. Les maisons du Bourg-Vieux furent presque toutes détruites lors de l’attaque du château, en 1475, par les Suisses, d’abord par les défenseurs mêmes de la place, qui voulaient dégager celle-ci en empêchant les assaillants de s’y abriter, ensuite par les Suisses qui pillaient et incendiaient. Les deux bourgs étaient entourés d’une muraille, dont certaines parties sont encore visibles dans les caves ou au rez-de-chaussée des maisons du Bourg-Neuf.Par les anciens plans, on connaît le tracé exact de cette enceinte qui était percée de trois portes extérieures, disparues aujourd’hui. La première porte, sur la route de Bretonnières, -était appelée porta inferior ou porte  » dessoulz de la ville « , elle défendait le pont sur l’Orbe. De cette  » Porta inferior « , des voyageurs ne pouvaient atteindre les Clées par la voie la plus directe qui est ouverte aujourd’hui, mais devaient suivre l’ancien chemin romain qui contourne par l’est le rocher dominé par le château. Le seigneur des Clées avait même fermé ce passage par l’ouest au moyen d’un haut mur, dont il reste un soubassement d’un mètre de haut dans un jardin. Une seconde porte dite du Tabernacle, ou porta superior, fermait au-dessous du Bourg-Neuf la route de BaIlaigues. On en connaît l’aspect par un plan du secrétaire baillival daté de 1776 ; et surtout par une peinture à l’huile conservée au château de Vincy, et qui doit être un peu antérieure à 1832, puisque le château n’y a pas encore ses grandes fenêtres. Une troisième porte, celle d’Orbe, également disparue, donnait passage à la route de Lignerolle qui n’est plus aujourd’hui qu’un chemin vicinal, tandis que la route de Lignerolle part du haut du village., Ce chemin a longtemps porté le nom de chemin des Morts, parce qu’au moyen âge les morts des Clées étaient ensevelis à Lignerolle.

…Son Eglise

Le village comporte un château et une église, église relativement petite, mais très charmante dans son écrin de verdure. D’un blanc éclatant (Outre la façade principale), elle saura vous attirer pour y jeter un œil. L’intérieur est sobre, nous pouvons tout de même mentionner la présence d’un orgue. L’Eglise actuelle fut construit de 1738 à
1740 d’après les plans de l’architecte Martin, d’Yverdon,

…La Montée…

La montée se fait depuis le côté droit de l’édifice, une jolie porte en bois suivit d’un escalier nous fait arriver sous les combles de la nef, nous devons ensuite emprunter le porche menant dans la tour clocher, de là, deux séries d’escaliers en bois nous amènent directement sous les deux cloches. 

…Présentation Des Cloches…

La sonnerie Des Clées se compose de deux cloches, de deux époques très différentes, comme dans la plupart des clochers de Suisse romand. La petite, qui est de loin la plus ancienne, a été fondue en 1 535, date retrouvée grâce aux archives, la cloche comporte des inscriptions gothiques de 4 cm de haut, parcourant le haut de la cloche, elle fut fondue par un certain Etienne Aimé (Aimé Ou Anne encore une fois, selon les archives). L’origine de cette cloche est très floue, elle proviendrait probablement de Franche-Comté, car cette cloche n’était pas destinée aux Clées  La grosse cloche, bien plus récente, a été fondue en 1 839, par Samuel Tréboux, à Vevey, Je n’ai hélas, pas grand chose à dire sur elle.

  

…Les Cloches…

…Cloche 1…

Pas De Nom, Diamètre 97,7 cm, Poids 560 kg, Fondue par S.Tréboux, en 1 839, à Vevey, Chante le Lab3

 

  

…Cloche 2…

Nom NC, Diamètre 78,7 cm, Poids 329 kg, Fondue par Etienne Aimé (?), en 1 535, Chante le Do4.

 

  

…Cloche De La Russille…

Cloche Fondue en 1 941 par Ruestchi, à Aarau. Chante le Sib3

 

…La Vidéo…

…Mes Remerciements…

Je tiens à remercier comme il se doit, le conseil communal des Clées, pour l’autorisation de venir faire ce joli petit reportage sur leurs cloches.

Je remercie d’autant plus, M.Beney, qui est la personne qui ma si gentiment accueilli, et qui m’a également emmené à La Russille voir la 3e cloche du village, cloche qui aura elle aussi, le droit à une plus grande mise en valeur d’ici quelques mois.

Soutenu par le village Des Clées

…Sources Textes…

Site de la commune De Les Clées

Archives

Publicités