Champagney, Eglise Saint-Laurent

« A l’assaut du plus grand carillon Comtois »

Blason de ChampagneyChef-lieu de canton de la vallée du Rahin, Champagney, situé sur les premiers contreforts des Vosges Saônoises, possède de nombreux atouts. A Champagney la construction d’un canal d’alimentation (de celui de Montbéliard) présente de nombreuses curiosités : écluse, tunnel et surtout un réservoir artificiel de 13 millions de m3 d’eau «le Bassin», (mur de 785m en pierre doublé d’un mur-masque de 700m en béton début XXe siècle, ‘matériau alors totalement nouveau’). Cette eau retenue par une digue monumentale, à l’architecture unique, permet de s’adonner aux plaisirs de la pêche, de la voile et de la planche à voile.

DSCN4104

L’église de Champagney est une des neufs plus anciennes églises de la Haute-Saône placée sous le patronage de Saint-Laurent,martyr, elle fut honorée par la visite du Roi Louis XIV le 21 juin 1683. Reconstruite entre 1785 et 1788, elle est de style baroque comtois. Restaurée par le service des monuments historiques en 1977. A gauche, sous le porche une plaque rappelle la visite du roi-soleil. L’inscription latine dit :  » Le roi Louis XIV a passé à Champagney la nuit du 21 juin 1683 avec la reine. Celle-ci a donné 30 pièces d’or à cette église afin qu’avec cet argent une lampe brûle perpétuellement dans le sanctuaire. Cette pierre a été placée par ordre du roi. »DSCN4106

Une Belle nef avec colonnes de grès vosgien. Au fond autel du XVIIIème Siècle, chaire, stalles de même époque, classées monuments historiques. Sur la chaire, les emblèmes des quatre évangélistes. Sur les stalles emblèmes de l’ancien et du nouveau testament et objets du culte alternant avec des épis (le pain) et des raisins (le vins). Au fond du coeur deux reliquaires XVIIIème siècle. Dans la nef de gauche autel de la vierge (vierge du XVIIIème, sculptures sur bois coloriées début XIXème siècle).  A droite au fond de la nef, fonds baptismaux et tableaux du XVIIIème siècle, pierre tombale de J.B. PRIQUELER, père de Jacques Antoine PRIQUELER qui se trouve à l’origine du voeu exprimé le 19 mars 1789 par les habitants de Champagney en faveur des noirs. Autel de Sainte-Barbe (XVIIIème / XIXème) avec une statue de Saint Laurent. Sur le côté la statue en pierre coloriée représentant Saint Barbe patronne des mineurs. Cette statue du XVIème siècle semble devoir être rattaché à l’école de Troyes.

DSCN4150

De l’extérieur on peut admirer le clocher de style comtois qui contient un carillon de 35 cloches (31 fixes et 4 de volées) restaurées au cours des dernières années, dont voici les quelques photos: (Cliquez sur les photos pour agrandir)

L’histoire de ce carillon:

Le patrimoine de Champagney s’enorgueillit d’un instrument merveilleux qui, livré à la folie humaine et aux caprices de la nature a risqué de se taire à jamais.
1929 : naissance du carillon, sous l’impulsion d’un talentueux musicien en la personne du Chanoine GAILLARD. Il réalise ainsi un rêve qui lui tenait à cœur depuis fort longtemps.
Le facteur chance joue en sa faveur, car le clocher de type franc-comtois n’est pas vraiment conçu pour abriter un tel instrument mais offre une capacité d’accueil suffisante à l’élaboration du projet.
Le 16 juin 1929, son Eminence le Cardinal BINET procède à la bénédiction du carillon, financé par les deniers de l’Eglise. 21 cloches accordées de DO à LA octave supérieure.
Les 3 premières : Marie-Eugénie (Si2), Marie-Josèphe (Do#3) et Clémentine (Ré#3) fondues en 1873 à Metz par François GOUSSET sont baptisées le 24 février de la même année . La quatrième : Jeanne-Hélène (sol3) sortie des établissements Paccard à Annecy en 1929 reçoit la bénédiction le 16 juin 1929 avec l’ensemble né cette année là. Elle est mise en volée en 1985.
Pour les plus jeunes d’entre nous, il est utile de préciser que la vie d’antan était étroitement liée aux sonneries qui servaient de point de repère horaire, ainsi l’Angélus rythmait-il la vie des paysans dans les champs.
1975 : le sort s’acharne à nouveau sur notre clocher. La foudre plonge le carillon dans un nouvelle période de mutisme, à la grande déception de tous.
1982 : certains ont encore en mémoire le souvenir des mélodies aériennes, le Docteur FRECHIN en particulier, natif de Champagney, fait part de son vœu de redonner voix à l’instrument. Une assemblée en date du 19 février 1982, donne naissance à une association : « LES AMIS DU CARILLON ».
Le dimanche 14 avril 1985, officiellement et religieusement les efforts DES AMIS DU CARILLON aboutissent. L’Elise Saint Laurent accueille en ce jour Monseigneur POURCHET, Evêque honoraire de Saint Flour qui concélèbre avec Mr le Curé POURCHET, la bénédiction. Monsieur DUCOTEY présente au sacrement les 7 dernières-nées,
Ensuite la tâche DES AMIS DU CARILLON se poursuit. Une école de carillon se crée pour en assurer la pérennité. Roger CAMPREDON prend en main trois élèves, un homme et deux femmes et retransmet ce qu’on lui a autrefois enseigné. Un seul élève, passionné par l’instrument, répondra à ses exigences : Monsieur Christian LUXEUIL.
Le 28 août 1997, une délégation conduite par Monsieur Michel LECOT, nouveau président des Amis du Carillon depuis 1995, assiste à la naissance de Pierrette-Julie, Johonna-Marie et Josèphe-Elodie à Sevrier dans les murs de l’entreprise Paccard, action financée par la municipalité de Champagney.

Les 4 cloches de volée:

DSCN4131

Cloche 1 : « Marie-Eugénie », Diamètre 149,9 cm, Poids 1 980 kg, Fondue par J. Goussel, à Metz, en 1 873, chante le Si2. (Cette cloche fut exposée pour l’exposition universelle de 1 873 à Vienne, en Autriche)

DSCN4112DSCN4113

Cloche 2: « Marie-Joseph », Diamètre 133,2 cm, Poids 1 365 kg, Fondue par J. Goussel, à Metz, en 1 873, Chante le Do#3

DSCN4120DSCN4121

Cloche 3: « Clémentine », Diamètre 119,3 cm, Poids 990 kg, fondue par J. Goussel, à Metz, en 1 873, Chante le Ré#3

DSCN4116DSCN4122

Cloche 4: « Usine-Dorget », Diamètre 100,2 cm, Poids 615 kg, Fondue par Paccard, à Annecy-Le-Vieux, en 1 929, Chante le Fa#3 (faussée)

DSCN4115DSCN4114

La vidéo sur ce carillon et ces 4 grosses cloches de volée:

Je remercie très vivement M. Le maire de cette charmante petite  ville de Champagney, pour l’autorisation de filmer les cloche, et de les faire sonner.

Je remercie également Mr Luxeuil, carillonneur titulaire de ce carillon, pour l’accès aux cloches de volée et du carillon, pour la sonnerie et la jolie musique jouée au carillon, je le remercie aussi pour l’accueil et ses connaissances.

Merci également à Laurence et Robin, présents avec moi au clocher.

Soutenu par la ville de Champagney: http://www.champagney.fr/

Sources des textes:

http://www.franche-comte.org/offre/fiche/carillon-35-cloches-a-champagney/349000310

http://www.champagney.fr/