Ponts-De-Martel

Temple

« Variée, en nombre, voici une sonnerie typiquement suisse! »

Le village

Image associéePonts-De-Martel est au centre du canton de Neuchâtel, est située sur un haut plateau du Jura neuchâtelois entre 1’000 et 1’300 mètres environ, le point culminant se trouvant sur le sommet de Sommartel à une altitude de 1’330 mètres. Riche d’une population de 1 270 âmes, le village est à la fois dynamique, et sportif! Le fond de la vallée est en partie recouvert par le marais, qui s’est créé durant des millénaires. Cette richesse naturelle est une source d’inspiration pour les nombreux peintres ou photographes amateurs, voire professionnels.

L’automne apporte, lorsque le soleil est de la partie, des teintes d’une grande richesse, faites de pourpre, de carmin, de brun, de jaune ou de vert. Quelques étangs reportent l’image des arbres qui les entourent et sur une photographie, on n’est plus certain si celle-ci est à l’endroit ou à l’envers tant la différence est minime entre le bleu de l’eau et celui du ciel. Cet endroit féerique est le domaine des sphaignes, des linaigrettes, de la bruyère, des airelles, de plantes carnivores comme la droséra, des plans de myrtilles et même du bouleau nain, arbre que l’on retrouve dans la toundra, par exemple. Vous pourrez découvrir cet endroit magnifique en empruntant le Sentier de la Tourbière du Marais Rouge.

Son nom

Les Ponts :
Parce qu’il y a des ponts, des grands et des petits qui enjambent les fossés au fond des quels coule le Bied, et ceci depuis les temps les plus reculés. Il en est déjà fait mention en 1376.
Martel:
Bien que la légende fasse référence à Charles Martel à cause du marteau situé sur ses armoiries qui était le symbole de ses armes, l’histoire de ce marteau n’a jamais été élucidée. Ce marteau pourrait être lié au fait que notre commune comprenait de nombreux artisans et horlogers. Par contre, martel signifie petit marais, ou marécage ; ce mot vient du bas-latin Maretillus, diminutif de Maretus, et l’explication est plus satisfaisante sous cette forme. Elle explique aussi le mot Sommartel, Summum Maretillum : partie la plus élevée du marécage. De même que Petit-Martel : petit marais et Martel-Dernier : derrière le marais.

 Le temple

Le temple des Ponts-De-Martel fut érigé en l’an 1 844, celui-ci possède un joli intérieur assez sobre, typique des temples suisse de cette époque, une petite rénovation a eu lieu il y a près de 20 ans, le temple est capable d’accueillir plus de 400 fidèles (et autres) assis.

Le clocher

Le clocher en pointe, ou autrement dit, en flèche, culmine à plus de 30 mètres du sol, celui-ci est marqué par une horloge bien imposante, qui s’incruste parfaitement au style du temple. Le tout a été consolidé avec du béton-armé.

 Les cloches:

L‘accès aux cloches est plus que facile! Le tout est en plus très propre, c’est la Suisse me diriez-vous hein, quelques beaux escaliers nous seront à gravir, seule épreuve de force, le passage d’une grande échelle pour accéder à la chambre des cloches, mais avant d’monter, admirons cette superbe horloge mécanique automatisée, montons pour voir les cloches! Il faut savoir que le temple des Ponts-De-Martel a été dédicacé le 17 août 1845 et il y avait alors 3 cloches. La plus petite, qui est aussi la plus ancienne, est d’origine française et porte la date de 1562. Elle a eu pour parrain Clériadus de Ray, prieur de Gigny dans le Jura, et pour marraine Pauline de Vergy (la sœur de Guillemette), et elle était dédiée à saint Théodule et sainte Apolline. Sur la seconde cloche, fondue par Claude-Joseph Cupillard en 1771, on ne dispose guère d’informations. La troisième cloche, plus grosse que les deux précédentes a été fondue par François Humbert, de Morteau et a été montée dans le clocher le 23 novembre 1844. Mais elle a dû être refaite en 1903 car elle s’était fendue. La nouvelle cloche, pesant 1253 kg, « a une voix sonore, agréable et harmonieuse ». En 1962, les Ponliers décident d’acheter 2 autres cloches pour compléter leur carillon. Selon la facture du 20 juin 1962, il s’agit d’une cloche neuve, en fa, pesant 884 kg et d’une cloche neuve, en Si bémol, pesant 385 kg.

  

Présentation des cloches:

Cloche 1

Pas de nom, Diamètre 128,2 cm, Poids 1 320 kg, Fondue par Ruetschi, à Aarau, en 1 903, Chante le Mib3
 
  
  

 Cloche 2

Pas de nom, Diamètre 112,7 cm, Poids 885 kg, Fondue par Ruetschi, à Aarau, en 1 962, Chante le Fa3
 

 Cloche 3

Pas de nom, Diamètre 94,4 cm, Poids 460 kg, Fondue par Cupillard (C-J), à Morteau, en 1 771, Chante le Lab3
 
  
 

 Cloche 4

Pas de nom, Diamètre 84,8 cm, Poids 376 kg, Fondue par Fondue par Ruetschi, à Aarau, en 1 962, Chante le Sib3
 
  
  

Cloche 5

Pas de nom, Diamètre environ 80 cm, Poids environ 250 kg, Fondue par Consolor (?), à Viry (?), en 1 562, Chante le Do4

 
  
  

 La Vidéo

 

Remerciements

Je tiens à remercier M. Kämpf, Administrateur communal de la commune, pour l’accord que d’accéder au clocher du temple, de sonner et de filmer les cloches pour une sonnerie spéciale.

Je remercie également M. Monard, qui est la personne chargée des bâtiments de la ville, pour son bel accueil, l’ouverture du temple et l’accès accompagné au clocher. Sans ces personnes, ce film n’aurait pu être fait.

Certains textes proviennent de :  http://www.lesponts-de-martel.ch Et de « Cloches Du Loche », un document racontant l’histoire des cloches du Locle, et de sa Paroisse, fournit par M. Leubany.

Publicités