Ouvans

Eglise de la Nativité-de-Notre-Dame

« Une belle alliance Humbert/Paccard »

Le village 

Le village d’Ouvans est situé non loin du village de Landresse, entre Sancey et Pierrefontaine-Les-Varans, ce paisible village de quelques dizaines d’habitants (60 environ) a su garder son cadre agricole, bon nombre de terrains sont liés à l’élevage de vaches, tout pourrait plaire à Ouvans… Mais, coup dur pour le village, il y a quelques années, avec la fermeture d’une usine de fabricant de meubles, de salle de bain, et encore de chambre.Vous pouvez vous promener sur la commune, à la recherche des traces du passé. Au nord de la commune, subsistent des ruines  de la fontaine du Vivier aménagée au 18ème siècle, avec un lavoir du 19ème. Le village profite d’un environnement qui se traduit par la présence de gouffres, de la grotte de la Baumelle et d’un entonnoir.

L’église

L‘église d’Ouvans est relativement modeste, mais, cela s’explique par la taille du village, elle n’est pas plus haute que 25 mètres, le style intérieur de cette charmante église, me laissait penser à un style germanique, mais il n’en n’est rien, car celle-ci est de style corinthien. Cette église semble datée de l’année 1 840. Le style extérieur est différent de notre style comtois, de par son clocher, ou bien sa nef, elle est assez petite, mais relativement haute, près de 12 mètres pour la nef, et 20/25 mètres pour le clocher. Clocher qui est d’ailleurs, plutôt étrange, les moyens de la commune manquèrent lors de la finalisation de cet ouvrage, le clocher devait se terminer en pointe, mais pour quelques mètres, ils décidèrent de le finir en sort de léger dôme… Peu de gens apprécient… 

Les cloches

Montons au clocher, notre périple commence au porche, il nous suffit de prendre une porte, pour gravir la première échelle en bois, on monte de près de 5 mètres, pour arriver au premier palier, de là, nous pouvons admirer une magnifique horloge mécanique, qui hélas, n’est plus en fonction, c’est un don du maire de l’époque, entre 1 870 et 1 887. Empruntons pour finir, la deuxième échelle, plus grande de quelques centimètres, pour arriver au niveau des cloches. Deux cloches sont abritées dans ce mince clocher, difficile d’y travailler, la première, qui est la plus grosse, provient de la fonderie Humbert, bénite en 1 860, elle est la plus vieille également, parlons de la petite, est plus récente, puisqu’elle fut coulée 1 962, elle vient de Savoie, puisqu’elle est signée de la fonderie Paccard. Le battant se détacha durant l’année 2 016, celui-ci fut changé, mais à peine 4 jours après il se détacha de nouveau!!! Endommageant au passage le moteur de volée…Bref, Le tout est actionné par un boitier Tempora

  

Présentation: 

Cloche 1

Nom: « Marie-Joseph », Diamètre 112,7 cm, Poids 790 kg, Fondue par Humbert (François), à Morteau, en 1 860, Chante le Fa3

 

  

  

Cloche 2

Nom: « Marie », Diamètre 89,2 cm, Poids 450 kg, Fondue par Paccard, à Annecy-Le-Vieux, en 1 962, Chante le La3

 

  

  

La vidéo sur la sonnerie des deux cloches:

Je remercie très chaleureusement Mme. Le maire d’Ouvans, pour son bel accord que de monter, sonner, et filmer les cloches de son église.

Je remercie fort bien Mme. et M. Manet pour leur accueil si chaleureux, je remercie M. Manet pour l’accompagnement, les explications sur l’état du battant de la petite cloche, et sa bonne humeur tout au long de notre visite.

Soutenu par le village d’Ouvans