Mouthier-Haute-Pierre, Eglise Saint-Laurent

« Un beau trio dans la vallée de la Loue »
Premier d’un chapelet de villages implantés le long de la haute vallée de la Loue, dont quatre sont labelisés « Petites Cités Comtoises de Caractère », Mouthier jouit d’un site exceptionnel qui se découvre en descendant de Pontarlier en direction d’Ornans par la D67.

DSCN3904

Si Mouthier Haute Pierre tire son nom du monastère qui s’y implanta au IX° siècle ( Monasterium Alta Petrae) son site fut habité dès la préhistoire, comme l’attestent les vestiges retrouvés dans la grotte de la Baume Archée, dans les gorges de Nouailles. Des objets des périodes celtique et gallo-romaine, découverts dans la grotte des Faux Monnayeurs,  témoignent d’une continuité dans l’occupation de ce fond de vallée.                  Mais la première citation de Mouthier n’apparaît qu’en 870 dans l’ acte de partage de Lothaire II, petit fils de Charlemagne. A cette période , les moines ont déjà défriché les terres qui leur ont été données par la maison de Montgesoye, planté des vignes, et un habitat s’est développé autour de l’abbaye. Celle ci est rattachée à l’abbaye de Cluny à partir de 1109, avec le rang de Prieuré. A l’époque médiévale, deux châteaux protègent Mouthier: le château de la Baume et le château de Hautefeuille. Ils sont vendus à Gauthier de Montfaucon en 1298. L’un est abandonné vers la fin du XVème siècle, l’autre démantelé pendant la guerre de dix ans. Grâce aux démarches du Prieur Aymé de Montmartin, les habitants sont affranchis en 1365. Après la réintégration du Comté de Bourgogne au Saint Empire romain-germanique en 1493, débute une longue période de paix et de prospérité pour la Haute Loue. Originaire d’Ornans, Nicolas Perrenot de Granvelle, garde des sceaux de Charles Quint, puis son fils Antoine, font bénéficier Mouthier de leurs largesses. C’est alors que se construisent de belles maisons de pierre avec  caves voûtées, que s’agrandit et s’embellit l’église St Laurent, que le Prieuré est rénové.. Administrée par une assemblée des habitants qui élisent prud’homme et échevins, la communauté villageoise s’agrandit. En 1593, le village compte 888 habitants. Plusieurs épidémies de peste, les exactions commises par les troupes de mercenaires allemands et suédois pendant la guerre de dix ans réduisent et appauvrissent considérablement la population dans la 1ère moitié du XVII° siècle. Avec la conquête définitive de la Franche Comté par les troupes de Louis XIV, s’achève en 1674 un demi siècle de souffrances.

DSCN3892.JPG

Le XIX° siècle, surtout dans sa 1ère moitié est celui de l’apogée de l’aventure industrielle, avec au bord de la Loue, plusieurs «moulins» ( à grains, à huile, à chanvre, à scier le bois, à fabriquer des faux et autres produits de forge) et deux tanneries. La population avoisine ou dépasse 1000 habitants. La construction de la nouvelle route Pontarlier-Besançon,de 1837 à 1845, constitue pour le village un progrès majeur. Les échanges avec le plateau en sont sensiblement améliorés. De 1860 à 1955, Mouthier, comme les villages voisins de la Haute Loue, connaît des transformations profondes qui bouleversent son économie. Il subit de plein fouet l’attaque du phylloxéra qui décime sa vigne. La modernisation de l’agriculture provoque la disparition progressive de ses exploitations. Le développement des moyens de communication favorise une concurrence fatale à son artisanat industriel. Sa population diminue en conséquence. Le dernier demi-siècle est celui d’une lente adaptation à la nouvelle donne économique, qui voit le tourisme, l’artisanat et les services remplacer les activités agricoles et industrielles, et qui incite à faire des valeurs patrimoniales un élément de dynamisation de la vie locale.

DSCN3894

Le Prieuré est inscrit partiellement aux monuments historiques depuis le 14 octobre 1996. L’église paroissiale Saint Laurent fut construite en limite du cimetière des religieux, à partir de 1390. Elle fut agrandie à plusieurs reprises, et surtout de 1550 à 1581 par le cardinal de Granvelle, alors prieur du monastère. Sur son ordre fut élevé son beau clocher en tuf de 43 mètres de haut, orné de têtes sculptées, avec ses quatre clochetons et sur chaque face ses baies en tiers point divisées par un meneau en deux lancelles. Elle fut meublée magnifiquement au XVIIIème siècle. Actuellement, l’aspect général de l’église est celui du XVIèmè siècle. A l’intérieur : une chaire très ouvragée rapportée de l’ancienne église prieuriale, des boiseries en chêne, un immense retable du XVII° siècle et un nombre important de tableaux et de statues dont la grande majorité est classée.

L’église Saint-Laurent abrite 3 belles cloches:

DSCN3870

Cloche 1: « Marie », Diamètre 140,7 cm, Poids 1 620 kg, Refondu par Bournez en 1 856 à Morteau (Refonte d’une cloche de 1 659), Chante le Do#3

DSCN3871 DSCN3880

Cloche 2: « Joséphine », Diamètre 123,1 cm, Poids 1 140 kg, Fondue par Bournez en 1 853, à Morteau, Chante le Ré#3

DSCN3878 DSCN3879

Cloche 3: « Augustine », Diamètre 109,7 cm, Poids 800 kg, fondue par Bournez en 1 855, à Morteau, Chante le Fa#3

DSCN3877 DSCN3875

Petite photo d’une autre vue sur les cloches:

DSCN3883

La vidéo sur les cloches de l’église:

Mes vifs remerciements à Mr Ferreux, la personne chargée du lieu, pour son aimable accueil, et sa gentillesse.

Merci à la commune de Mouthier-Haute-Pierre, qui sans elle, ce film n’aurait pas vu le jour.

Soutenue par Mouthier-Haute-Pierre: http://mouthier-haute-pierre.fr/bienvenue-a-mouthier-haute-pierre/situer-notre-commune/

Publicités