Mont-La-Ville

Le Temple...

« A la découverte d’une sonnerie Suisse riche en histoire »

…Le Village…

File:Mont-la-Ville-coat of arms.svgMont-La-ville est une jolie petite commune Suisse, située dans le canton de Vaud, forte d’une population de près de 450 âmes, ce petit village profite d’un calme et d’une vue sur la chaîne des alpes a couper le souffle. Tout autour du village, nombreux sont les sentiers de randonnée, offrant d’autres points de vue plus beaux les uns que les autres.

…Son Patrimoine…

La découverte du site, et les fouilles qui ont suivi, doivent beaucoup à la violente tornade du 16 août 1971 qui dévasta des hectares de forêt entre le Brassus et Romainmôtier, mettant à nu des reliefs et des barres rocheuses autrefois dissimulés par le couvert forestier. Vers la fin de l’été, lors d’une promenade dans cette zone sinistrée, Monsieur Michel Freymond, instituteur à Lausanne, frappé par la morphologie de l’abri, récolte en surface du sol plusieurs tessons de poterie préhistorique et des silex. Cette découverte est immédiatement signalée à la Section des Monuments historiques de l’Etat de Vaud. Des fouilles régulières de deux mois par an ont lieu de 1982 à 1989. L’abri Freymond est à 1100 m d’altitude. Il s’ouvre dans une petite falaise calcaire en hémicycle et résulte de l’érosion d’une assise marno-calcaire surmontée d’un banc compact de Valanginien (Crétacé inférieur). La cavité large de 18 m environ pour une profondeur de 4 à 5 m crée  un vaste abri naturel orienté vers le sud-est. Son remplissage forme une terrasse relativement plane, à 2 ou 3 m au-dessous du plafond, puis s’infléchit à l’extérieur de l’abri en un abrupt talus frontal. Une resurgence karstique, au débit intermittent, coule le long de la paroi orientale de l’abri provoquant une érosion latérale de la terrasse. Cet abri présente une succession d’occupations préhistoriques tout à fait extraordinaire, pratiquement unique dans notre pays. Il convient de respecter ce lieu afin que l’on ne retrouve aucune trace du passage des visiteurs.

…Le Temple…

A Mont-la-Ville, le premier temple, dédié à Saint-Michel Archange, fut édifié au XVème siècle, avant la Réformation, dans le cimetière au-dessus du village. En hiver, les cultes étaient célébrés dans une salle communale, appelée chapelle. Le 22 novembre 1823, une convention est établie entre la commune de La Praz et la commune de Mont-la-Ville pour la construction d’un nouveau temple, pour remplacer celui qui est “caduc”. Il est convenu que le temple sera construit au centre du village de Mont-la-Ville, tant sur la place de la chapelle du dit lieu que sur le terrain contigu, à la distance d’environ soixante pieds de toute habitation. La commune de Mont-la-Ville est chargée de la construction. Il est accordé à la commune de Mont-la-Ville la faculté de placer au clocher du nouveau temple son horloge et ses deux cloches. Il lui est reconnu le droit de pouvoir jouir du nouveau temple pour ses prières publiques du dimanche et des jours de semaine. La commune de La Praz demeure copropriétaire du temple paroissial jusqu’en 1911, date à laquelle le Conseil général de Mont-la-Ville, pour donner suite à son projet de restauration et répondre à un désir maintes fois exprimé par La Praz, décide de racheter le droit de propriété que possède sur cet édifice la commune de La Praz et d’offrir pour cela Fr. 2’000.-. C’est en 1916 que débute les travaux d’une première restauration. Deux vitraux exécutés par M. Chiara à Lausanne, sont placés dans le chœur, à gauche et à droite de la chaire pour le prix de Fr. 360.-. En 1934, le porche d’entrée est modifié et les escaliers extérieurs supprimés lors du goudronnage de la route. La deuxième restauration intérieure de 1946 apporte des modifications importantes à l’aspect du sanctuaire.

…La Montée…

La montée, assez courte,  débute de la façon suivante, nous devons prendre un escalier en bois sur 5 petits mètres, pour arriver directement sous les cloches, de là, encore une petite série de marches en bois sont à gravir avant de pouvoir voir les cloches de face.

…Présentation Des Cloches…

La disposition des cloches est très atypique, car celles-ci sont toutes rattroupées du même côté, cette configuration m’offre un très grand espace de travail, ça change de mon habitude. La sonnerie est relativement riche, et chargée, histoire. Parlons un peu de la petite cloche, sans doute la plus ancienne du cet ensemble, cette cloche est estimée de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle, aucune date, ni même de signature d’un éventuel fondeur n’est visible, en revanche son profil est très ancien! Cette cloche proviendrait de l’ancienne église du village tout comme sa grande sœur située juste à coté. A noter, cette cloche pèse pas moins de 128 kg, pour un diamètre de 60 cm. Juste à ses côtés, une autre cloche ancienne est contempler, datée de 1 650, elle est l’oeuvre du fondeur du village de Payerne, un dénommé Jean Richenet, cette cloche émet un bon Do#4, et pèse 135 kg, un petit écart de poids avec sa petite sœur donc. Pour finir avec cloche, elle fut accordée en 1 901 pour s’harmoniser avec la sonnerie. La cloche numéro 3, issue d’un fondeur bien de chez moi, l’est l’oeuvre de Claude Lièvremont, cette cloche possède des décors que j’ai rarement vus, en effet, très peu de décors le long sur sa robe, et quelques décors étranges au niveau de ses épaules.. la cloche comporte cependant les inscriptions suivantes: « Faite par Moy Clavde Lievremont de Pontarlier en 1 731 ». Passons à la numéro 2, encore une fois, c’est une Cloche Comtoise qui j’ai la chance de vous faire découvrir, Humbert de Morteau la fonda en 1 838, elle est de taille assez petite vis-à-vis de sa note, en effet, c’est un Fa3 de 655 kg, contre 850 pour un profil moyen. Enfin, terminons par la pièce maîtresse de l’ensemble, qui est absolument tout l’inverse de la petite cloche, puisque celle-ci est bien-sûre la plus grosse, mais aussi la plus récente des cloches présentes dans ce beau clocher. Avec un diamètre de 140 cm, elle pèse pas moins de 1 600 kg, elle donne un Do# un peu grave, mais s’intègre bien à la sonnerie, elle possède des inscriptions couramment utilisées, dont le « Liberté et Patrie », sur fond du blason du canton de Vaud, ça, j’apprécie grandement, petite particularité de cette cloche, elle possède quelques inscriptions gothiques, peut-être qu’elles furent reprises de l’ancienne cloche. Cette fameuse cloche, se serait fêlée durant son transport. Cette vénérable cloche était datée de l’an 1 508…

…Mon Ressenti…

Très bon ressenti, une sonnerie riche, puissante et passionnante à admirer, j’ai pris beaucoup de plaisir à venir en ce lieu, et à les photographier, je suis content de clore cette aventure Suisse des ClochesComtoises avec cette sonnerie!

…Les Cloches…

…Cloche 1…

Nom NC, Diamètre 139,9 cm, Poids 1 605 kg, fondue par Paintandre (Frères), à Vitry-Le-François, en 1 901, Chante le Do#3 (Bas)

…Cloche 2…

Nom NC, Diamètre 103,2 cm, Poids 655 kg, Fondue par F. Humbert, à Morteau, en 1 838, Chante le Fa3

…Cloche 3…

Nom NC, Diamètre 92,6 cm, Poids 435 kg, Fondue par C. Lièvremont, à Pontarlier, en 1 731, Chante le Sol#3

...Cloche 4…

Nom NC, Diamètre 64,6 cm, Poids 135 kg, Fondue par J. Richenet , De Payerne, en 1 650, Chante le Do#4

…Cloche 5…

Nom NC, Diamètre 59,4 cm, Poids 128 kg, Fondeur NC, début du XVIe siècle, Lieu NC, chante le Fa4

…La Vidéo…

 

…Mes Remerciements…

Je tiens à remercier très chaleureusement la municipalité de Mont-La-Ville, qui m’ont autoriser à filmer les cloches de ce magnifique temple!

Remerciements également à Mr P. Wulliens ainsi que son fils, pour leur bel accueil, ainsi que pour l’accompagnement au clocher du temple.

Soutenu par le village de Mont-La-Ville

…Sources Textes…

Site de la commune de Mont-La-Ville : https://mont-la-ville.ch/

Textes Personnels

Publicités