Métabief

Eglise De La Présentation de Notre-Dame

« Deux cloches, dont une historique dans un lieux connue des Franc-comtois »

Le nom de la commune vient de « mete » ou « methe » pour borne et de « bief » qui signifie ruisseau. On trouve la trace du nom de la commune en 1250 lors de la rédaction d’une convention de délimitations des terres. Les habitants de Métabief ont été affranchis en août 1393 par Jean de Chalon. En 1793, la commune porte le nom de Mestabiez, puis de Metabief en 1801.Dès le xve siècle, le développement de la commune connut un essor grâce à l’exploitation des mines de fer dit limonite de Métabief dont la fonte était extraite dans les hauts fourneaux de Rochejean et Pontarlier, et aussi de l’artisanat lié à la fabrication d’outils agricoles et d’exploitation des forêts. À partir du milieu du xixe siècle, cette industrie a souffert de la concurrence de la fonte belge et écossaise et de la diminution des quantités de bois qui servait à l’alimentation des forges. Les habitants réorientèrent alors leur activité sur l’agriculture et la production laitière, avec aussi la fabrication du gruyère de Comté et le vacherin Mont d’Or, avec le défrichement en parallèleEn 1879, une usine communale est construite à la place de l’ancien moulin incendié, qui a une activité de scierie-menuiserie de 1883 à 1985 et de meunerie jusqu’en 1960. Cette ancienne usine hydraulique est inscrite au registre des monuments historiques depuis juin 1992. Dès 1953, la commune connut un nouveau développement avec les sports d’hiver et l’essor de la station de ski de Métabief.L’église de Métabief se situe au centre du « Vieux village », proche tout de même des constructions modernes, qui montent vers les pistes.L’église paroissiale placée sous le vocable de la Présentation de Notre-Dame a été élevée au XIXème siècle (1843) pour remplacer une chapelle plus ancienne située à l’intérieur du cimetière. Constituée d’un clocher-porche carré, d’une nef unique et d’un chœur, cette église suit un schéma usuel du XIXème siècle : la copie des modèles des siècles passés. On peut souligner la présence de fonts baptismaux en bois peint marron rehaussé d’or. Il s’agit d’un élément provenant d’un édifice plus ancien, peut-être de l’ancienne chapelle.L’église héberge 2 cloches, fondue alors que la population était d’environ 220 habitants:Cloche 1: « Louise-Delphine », Diamètre 110,8 cm, Poids 775 kg, Fondue par Paintandre (Frères), Date Nc, à Vitry-Le-François, Chante le Mi3

Cloche 2: Pas de Nom, Diamètre: 86,7 cm, Poids 393 kg, Fondue par Rognon (Joseph-Désiré), en 1 777, à La Grand’Combe (Châteleu), Chante le La3

Autres photos:

  

  

  

  

La vidéo sur la sonnerie des cloches:

Je remercie très chaleureusement M. Bertin, Adjointe au maire, pour l’accord que de pouvoir filmer et sonner les cloches pour cette vidéo, ainsi que pour son accueil.

Je remercie la mairie de Métabief pour son accord également.

Soutenu par le village de Métabief: http://www.metabief.fr