Les Hôpitaux-Neufs

Eglise Sainte-Catherine 

« Deux Borle imposantes, dans ce village de montage »

Situé entre Jougne, et Métabief, voici Les Hopitaux-Neufs, ce village jouit de son cadre touristique prospère, les touristes affluent, viennent ici à la recherche de sensations fortes, les pistes de VTT et les sentiers de randonné sont là pour satisfaire leurs envies . Ce village de 750 habitants, a vu croître sa population en 40 ans, passant de 280 habitant, au nombre actuel. Ce village vous séduira également par son fameux « Coni’fer », Le « Coni’fer » est un train touristique à vapeur, avec pour point de départ, Les Hôpitaux. Cette petite ligne vous transportera sur 8 km.Dès l’antiquité romaine, une importante voie de communication naturelle à travers le Jura, via la cluse de Pontarlier, est attestée sur la table de Peutinger et l’itinéraire d’Antonin : il s’agissait de la voie romaine reliantLausanne et Orbe à Pontarlier (Ariolica) et Besançon (Vesontio). Le Moyen Âge, avec le développement commercial notamment des xiie et xiiie siècles, voit croître l’importance de cette voie qui relie la Flandre et la Champagne à l’Italie du nord via le col du Grand-Saint-Bernard. Les comtes de Chalon vont ainsi organiser son développement, et notamment créer divers hospices et instituer des péages. C’est ainsi que, en 1282, Jean Ier de Chalon-Arlay fils de Jean Ier de Chalon (dit Jean de Bourgogne, Jean l’Antique ou Jean le Sage) crée un hospice, classiquement pour soigner les voyageurs malades et lutter contre les maladies de l’époque, telles la lèpre et la peste.Dans la charte de franchises accordée le 15 août 1393 par Jean III de Chalon-Arlay aux Hôpitaux et à Métabief6, il est pour la première fois cité l’Hôpital-Viel et l’Hôpital-Neuf, première apparition des deux noms distincts. Au cours de la guerre de Dix Ans, épisode comtois de la guerre de Trente Ans, le village des Hôpitaux-Vieux est entièrement détruit en 1639 par les Suédois, nom donné à l’époque aux mercenaires mi-allemands mi-suédois de Bernard de Saxe-Weimar, destruction à laquelle échappe les Hôpitaux-Neufs. L’année 1780 voit un incendie ravager une partie du village, la partie non détruite prenant alors officiellement le nom les Hôpitaux-Vieux7. Le péage de Jougne, instauré depuis plusieurs siècles, est supprimé en cette même année 1780. En 1871, une partie de l’armée de Bourbaki, en retraite vers la Suisse, traverse le village pour gagner la frontière à Vallorbe. L’arrivée du chemin de fer, en 1875, ouvre une nouvelle ère de développement pour Les Hôpitaux-Neufs et les villages des alentours. À cause de la déviation de la ligne Frasne-Vallorbe par le tunnel du Mont-d’Oren 1915, le trafic voyageurs est interrompu sur la ligne passant par Jougne le 18 avril 1939, puis, dans la nuit du 17 au 18 juin 1940, le tunnel de Jougne est partiellement détruit par l’armée française, empêchant définitivement tout trafic avec la Suisse.L’église Sainte-Catherine fut édifiée 1 368, puis remaniée en profondeur au 17e siècle, avec un style d’intérieur de renaissance italienne, son mobilier intérieur de grande qualité est d’inspiration baroque, la tour du clocher elle, est basse, les cloches logent à seulement 15 mètres du sol, son clocher en point sur-élève le tout à 25/30 m, le clocher fait quasiment la hauteur de la tour. L’église abrite deux cloches, fondue lorsque la population était de 171 habitants! Cloche 1: « Marie-Catherine-Suzanne-Paulette », Diamètre 139,8 cm, Poids 1 620 kg, Fondue par Borle A Borel & Ce, à Pontarlier, en 1 825, Chante le Reb3

Cloche 2: « Alexis », Diamètre 128,4 cm, Poids 1 265 kg, Fondue par Borle A Borel & Ce, à Pontarlier, en 1 821, Chante le Mib3 (Sonneur: ClochesComtoises)

Autres photos:

  

 

La vidéo sur la sonnerie des deux cloches:

La petite cloche fut en panne, le moteur marche, mais l’inverseur lui, semble ne pas marcher, pour ne pas griller le moteur, j’ai décidé de sonner à la corde..

Je tiens à remercier très sincèrement la mairie des Hôpitaux-Neufs, pour l’accord que de filmer les cloches de l’église.

Je remercie Mr Pinard, Adjoint à la mairie pour l’organisation de ma venue.

Merci également à Mr Boyer, qui m’a gentiment accueilli, et ouvert le clocher, je le remercie pour sa gentillesse.

Soutenu par le village des Hôpitaux-Neufs