Le Russey

Eglise Saint-Nicolas

« L’un des plus vieux duo du pays horloger »

Le village aujourd’hui

Le gros village du Russey, avec pas moins de  2 300 habitants, est situé au cœur du pays « Horloger », dont la capitale est tout naturellement Morteau. Le village se trouve sur l’axe routier allant de Champagnole, à Montbéliard, ce qui fait de lui, un point stratégique pour l’économie, qui d’ailleurs, se porte bien, de nombreux commerces s’y implantent. La vie communale est paisible, le centre bourg a reçu, depuis 2 007, un lifting complet, avec le ravalement de façade de l’église, de la mairie, et la transformation de la grand’place de l’église (avec des rues refaites, et sécurisées). Bref, il y fait bon vivre au Russey.

Le passé de la commune 

L‘histoire de la commune du Russey est assez courte, Le Ruissel, est le tout premier nom donné à la communeen 1325, l’histoire tourmentée de la commune commence en 1 476, lors d’entreprises guerrières de Charles Le Téméraire… Je ne vais pas m’attarder sur ce point. Le patrimoine communal  est composé de la Mairie, ce bâtiment fut bâti en 1 867, et est inscrit aux monuments historiques, ce dernier fut rénové en 2 007. Non loin, il y a la statue du Père Dominique Parrenin, missionnaire érigé au-dessus de la fontaine de la place. Pour finir, de nombreuses fermes comtoises sont à découvrir tout au long des chemins que propose la commune.

L’église

L‘église Saint-Nicolas, située en plein cœur du Bourg, est plutôt imposante, sous le porche, trois  portes, dont une immense centrale, vous feront entrer dans cette église. L’intérieur de la nef est tout aussi imposant que l’extérieur, et les volumes sont là. La hauteur sous plafond avoisine les 20 mètres, une église comtoise traditionnelle, à son point le plus haut, fait 25 mètres environ, autant dis que rien que de par sa nef, elle se classe déjà pas mal au dessus d’autres édifices! Le mobilier est encore bien présent, un chemin de croix, deux autels latéraux, un maître-autel central, une chaire à prêcher, une statue de la vierge Marie et une autre du Christ… Nous pouvons cependant, que constater le manque de tableau..

Le clocher

Le clocher en pointe, est lui aussi démesuré, le village devait être surement un point important par le passé.. Il est composé de 5 parties, de quatre petites pointes à chaque coin de la tour, puis d’une pointe centrale.. Nous pouvons voir de la rouille, mais rien de bien grave, le clocher fut restauré en 2 011, et de forte belle manière. Le tout culmine à 56 mètres au-dessus du sol.

Les cloches

L’ascension commence à la nef, une porte menant à un étroit escalier nous invite à y monter, pour arriver à ce bel orgue! Un escalier derrière celui-ci nous conduit à une porte, qui sera à ouvrir, pour enfin arriver dans la tour.. De là, un bel escalier de bois devra être franchi, puis un deuxième, pour finalement, atteindre notre but final, les cloches. Deux cloches sont observables, je parlerais de la plus petite en dernier. La grosse, est la plus intéressent des deux de par son histoire, elle est l’une des rares cloches pré-révolutionnaires encore en état de sonner, mais celle-ci a de nombreux défauts de fonte, que ce soit au niveau des inscriptions, ou bien sonore, fait étrange, la date 1 774 se trouve sur le cerveau de la cloche.. Beaucoup diront que le son est moche.. Mais pour ma part, ce son cassé me plait beaucoup. La deuxième est une ouvre remarquable, elle rehausse le niveau de la sonnerie… Les décors sont remarquables, et le son que produit la cloche l’est tout aussi, pourtant, elle fut fondue 30 ans après la première. Les cloches sont actionnées par un système que je ne connais pas (le même qu’au Barboux), et manque de pot, le moteur de la cloche 1 est en fin de vie. La présentation est juste dessous:

  

Présentation

Cloche 1

Nom: « Jeanne-Thérèse », Diamètre 133,9 cm, Poids 1 450 kg, Fondue par Cupillard (C-J), à Morteau, en 1 774, Chante le Reb3

 

  

  

Cloche 2

Nom: « Marie-Alexis Du Russey », Diamètre 115,1 cm, Poids 930 kg, Fondue par Roy (F-X), à Besançon, en 1 806, Chante le Mib3

 

  

  

La vidéo

#Note: La petite cloche démarre seule, et sonne pendant 2 minutes en solo.. J’ai du donc vite me dépêcher de remonter au clocher pour sonner la cloche manuellement, c’est à ce moment là que le moteur de la cloche 1 part, mais il ne tire pas assez.. J’ai fait un montage vidéo pour enlever les deux minutes de solo, d’ou le petit « Clic » à quelques secondes sur la vidéo, mais le tout passe bien!

Je tiens à remercier comme il se doit, la Mairie de la ville du Russey, pour l’autorisation et de prêt de la clef, monter au clocher, filmer, sonner et sonner les cloches spécialement pour cette vidéo.
Je remercie en particulier M. Nicolet, et M. Guillaume l’un pour la mise en relation avec la deuxième personne. Et la deuxième personne, pour sa grande disponibilité et le lancement des cloches.

Soutenu par le village du Russey: http://www.lerussey.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités