Boujailles

Eglise Saint-Maurice

« Une église étonnante, pour une sonnerie surprenante »

…Le Village…

Résultat de recherche d'images pour "Blason Boujailles"Boujailles, petite commune de 450 âmes, est située dans le département du Doubs, le village est posé sur une zone de plateaux du Jura dont l’altitude est de 800/900 mètres. Le sol est constitué de terrains calcaires érodés et formant par endroit des dolines. Néanmoins, le territoire de cette commune comprend aussi une vaste étendue de terrains cultivables, de faible déclivité, ainsi que de pâturages. Le village est implanté au cœur d’une cuvette, laquelle est entourée de forêts de conifères, dont la forêt de la Joux, une très belle sapinière.

…Son Histoire…

A première mention du village se trouve dans le récit du voyage qu’avaient fait des envoyés de Charles-le-Chauve à Rome en 862 pour en rapporter les reliques de Saint Urbain et de Saint Tiburce. Sur le chemin du retour, ils passèrent par le monastère d’Agaune, par Lausanne, Orbe et Pontarlier pour arriver ensuite à « Boujeailles, in villam cui Botgallia nomen est » ; là, suivant la chronique des Bollandistes, un habitant souffrant d’épilepsie a été guéri après avoir touché le cercueil renfermant les reliques. Boujailles relevait de la seigneurie de Chalamont et ses origines remontent au IXe siècle. Dès cette époque, ce village a bénéficié de sa position sur la voie reliant les monastères de Saint-Bénigne à Dijon à Saint Maurice d’Agaune en Valais. À partir du XIIIe siècle, un axe médiéval reliant Salins à la Suisse permettait d’acheminer vers l’Italie les produits provenant des foires de Champagne (épices, soie, coton, articles de luxe) ainsi que le sel de Salins. La justice de la seigneurie de Chalamont était rendue à Boujailles, d’ailleurs c’était là que se trouvait le signe patibulaire, c’était là aussi que se trouvaient des halles dont la gabelleaugmentait les revenus du seigneur. En 1261, un acte de la maison de Chalon-Arlay traitait de la reconnaissance de la tenue du fief par Adeline, fille de Hugon de Chalamont et de Vuillat de Chalamont.Quelques années plus tard, c’était au tour d’Henry de Joux et de Guillauma, son épouse, de rendre hommage à la comtesse Laure pour plusieurs localités dont celle de Boujailles. A Boujailles, le passage de Chalamont servait de péage entre Salins et Pontarlier. Cette situation favorisa le développement du village, notamment par la création d’hospices-relais. Sur le lieu même du péage, le château de Chalamont fut érigé au XIIIe siècle, par la maison de Chalon, vaillante défenderesse de la Comté. Jean de Chalon-Arlay, résistant aux tentatives de soumission des barons comtois de la part du duc de Bourgogne Philippe-le-Hardi, y fut enfermé en 1392. À l’exception du passage de Chalamont, aucune autre trace ne subsiste, dans la commune, de cette époque médiévale.

…Son Eglise…

L‘église Saint-Maurice, construite entre 1844 et 1849, est classée aux Monuments historiques depuis 1995. Cette église peut surprendre à plus d’un titre, surtout par sa taille (pour une si petite commune), M.le maire qui nous a reçu moi et mes amis, nous raconte qu’à l’époque de la construction de l’église, Boujailles dénombrait pas moins de 1000 âmes. La municipalité de l’époque avait alors osée de faire le pari que la commune allait connaitre un bel essor dans le futur, grâce notamment à la route du sel, la commune était riche, au point qu’elle paya l’intégralité de l’édifice d’un seul coup, en « Cash » comme on dit. La suite on la connait vaguement, la municipalité refuse de se voir dotée d’une gare, Frasne est choisie à la place. Les habitants de Boujailles partent, passant de 1000 au nombre que l’on connait actuellement.. La commune se ruina à la fin des travaux. En tout cas, le village a su conserver ce patrimoine jusqu’à aujourd’hui, seule l’une des deux tours est hélas, condamnée, mais renforcée, c’est rare de voir une église à deux tours dans le Haut-Doubs.

…L’accès Aux Cloches…

La montée au clocher démarre par un escalier en colimaçon, celui-ci nous mène à près de 8 mètres au-dessus du sol, puis, toute une ribambelle d’escaliers en bois nous grimpent jusqu’à a peu près 20 mètres, de là, les larges escaliers en bois deviennent un peu plus étroits, le premier palier nous fait arriver sous une toute petite cloche non électrifiée,  mais pouvant toujours sonner à la volée manuellement, quelques marches encore, et nous voilà arrivés sous les deux grosses dames de Boujailles.

…Présentation Des Cloches…

Je fais demi-tour, pour parler de la toute petite cloche, elle ne porte aucun nom de baptême, nous pouvons y lire « Faite par Fçois JN BTE Beau, Fondeur à Pontarlier », puis le nom du maire de l’époque et du curé, ainsi que sa date, 1 843.. À quoi cette cloche servait-elle? Peut-être pour les baptêmes. La cloche n°2 fut elle, fondue à Dijon par FORT, père & fils, elle chante le Mi3. Sa grande sœur elle, lui répond en Do3, un accord simple, mais qui, personnellement, me plaît beaucoup (Il manquerait presque un Sol3!), pour sa provenance, elle nous vient de Morteau, fondue par Emile Bournez.. C’est certainement la plus belle cloche de l’ensemble campanaire! Il est intéressant de noter que la sonnerie des deux cloches est entièrement en Rétro-grade, le compromis parfait pour moins d’efforts sur un beffroi, sans perdre trop en qualité sonore des cloches (par rapport au Rétro-Lancé), c’est assez rare en Franche-Comté. En tout cas j’apprécie grandement. Encore un autre petit détail, les battants ont été changés très récemment!

  

…Les Cloches… 

…Cloche 1…

Nom: « Claudine »*, Diamètre 146,4 cm, Poids 1 850 kg**, Fondue par E.Bournez, à Morteau, en 1 863, Chante le Do3

 

  

…Cloche 2…

Nom: « Anne-Denise »*, Diamètre 114,7 cm, Poids 785 kg**, Fondue par Fort (Père & Fils), à Dijon, en 1 807, Chante le Mi3

 

  

…Cloche 3…

Sans nom, Diamètre 40,8 cm, Poids 30,3kg**, Fondue par F-J-B.Beau, à Pontarlier, en 1 843, Chante le La4

 

  

…Photo Bonus…

(* Prénom(s) de la marraine, ** poids estimés selon calculs)

…La Vidéo…

 

…Mes Remerciements….

Je tiens à remercier très chaleureusement M.PAULIN, maire de la commune, pour son accueil et son accompagnement jusqu’au pied du clocher, je le remercie d’autant plus quant’à l’autorisation de sonner les cloches spécialement pour cette vidéo, sans M. le maire, la vidéo n’aurait pas pu être réalisée

Certains textes proviennent du site de la commune de Boujailles.

Soutenu par le village de Boujailles 

Publicités